Grand Tasting, Buvons Nature et Vignerons en Seine… ou pas.

Posté par oenos, le 14 décembre 2010

Quoi, allez ça arrive à tout le monde d’être malade, tu ne vas tout de même pas en faire une affaire d’Etat? Si, parce que c’est tombé le mauvais week-end !

Aujourd’hui, j’aurais dû vous livrer mes comptes-rendus de ce week-end, ô combien chargé en salons parisiens. Mon programme était prêt, trois jours, trois salons : Grand Tasting, Buvons  Nature, Vignerons en Seine (et je ne parle même pas de « De Natura Vini » et de « Bio t’y foule« ). Bref, ce devait être un week-end riche en dégustations, en rencontres, en découvertes… ou pas.

Vendredi, Grand Tasting programmé, attention on rigole plus là ! Déjà la veille, pas la grosse forme. Et arrivée au Carrousel du Louvre, je me rends compte qu’il me manque quelques chose d’assez essentiel : ma carte mémoire. Bon, tant pis, prenons les choses avec philosophie, ce sera une journée « photos et vidéos d’iPhone ». Il est 10h30, les portes du Grand Tasting s’ouvrent. Le moins que l’on puisse dire c’est que, quand même, ils savent recevoir. Si quand même, c’est classe. Pas forcément du goût de tout le monde, mais quand même, c’est classe.

Accompagnée de Catherine Champeaux et Philippe Rapiteau, je parcours les allées à la recherche d’autre chose que Bordeaux, Champagne, Bordeaux, Champagne, Bordeaux… Philippe trouve tout naturellement le chemin vers la Loire méridionale, et vers Jérémie Mourat pour être plus précis.  Et ô surprise, ô joie, ô bonheur, juste à côté du stand de Jérémie Mourat, se trouve celui d’Olivier B.!

Grâce aux conseils d’Antonin, nous l’avions rencontré en septembre, chez lui, à Méthamis, pas loin de Carpentras, et je me souviens encore de cet après-midi ensoleillé passé avec lui, dans ses vignes et à sa cave, parlant de choses et d’autres autour d’une bouteille de « Première ». Un homme extra, simple, généreux, tout comme ses vins. C’est tellement marrant et décalé de le voir ici, lui en chapeau de paille, son stand facilement reconnaissable avec ses bambous et ses chapeaux de paille qui dépassent, diffusant en boucle  les chansons d’Yves Jamait… Tellement simple et décalé par rapport à tout ce faste… C’est un vrai bonheur de le voir ici. Même si son 2008 s’ouvre un peu plus qu’il y a quelques mois, il faut encore attendre, et se concentrer sur son 2007, un vrai délice, que je redécouvre encore avec plaisir. Tout comme sa cuvée « La Première ». J’en suis folle. De la syrah comme je l’aime, qu’Olivier nous somme de ne pas recracher !

Direction le stand d’à côté et la Loire méridionale. Pour tout savoir sur Jérémie Mourat et ses deux domaines, rendez-vous sur le blog de la Pipette. Son premier millésime du Clos Saint-André est remarquable. Mais la Négrette (cépage local) à peine goûtée, c’est le début de la fin pour moi. Direction les toilettes. Bon, je crois que c’est fini pour moi.

Ensuite, je lutte pour pouvoir rester debout, mais j’ai l’impression d’être un fantôme dans le stand italien, que je parcours avec mes deux guides anges vins favoris. Pourtant, il paraît qu’il y avait de belles choses. Mais je ne peux rien goûter, je ne peux que sentir, et encore ! Ayant aperçu rapidement un peu d’Alsace avec Patrick Böttcher, et n’ayant même pas pu honorer ma promesse à un Doc qui avait pourtant si bien travaillé pour rendre le Calendrier de l’Avin moins lisse, je croise très brièvement un Miss Glouglou caméra-et-micro-allumé-vissés-en-main, un Miss Vicky et une Miss Pauline encore toutes champagnisées, un Vindicateur toujours aussi fan lui aussi d’Olivier B., et là, c’est la fin. La cloche d’Hervé Bizeul retentit, et sonne aussi le glas pour moi. Bye-bye Grand Tasting, bye-bye blogueurs, mais bye-bye aussi Buvons Nature et Vignerons en Seine.

Le reste du week-end, je l’ai passé au fond de mon lit.

Heureusement que tous les autres blogueurs étaient dans une forme olympique, et qu’ils nous ont fait des comptes-rendus de tous ces salons !

- Antonin, du Guide Vindicateur, a fait les trois salons, et est rentré tout propre, parce que les salons, ce n’est pas sale : « des vignerons et domaines en pagaille, dans des styles franchement variés. Les salons ça ne salit que les dents, et on y boit des paroles autant que des vins… Replay. »

- Philippe, de La Pipette aux Quatre Vins, a lui aussi affronté le froid parisien (même pas peur) et fait les trois salons : « Les salons, qu’ils soient grands, célèbres, confidentiels, voire feutrés deviennent vraiment incontournables, pour une blogosphère en ébullition!… Et qui pourrait bien à l’avenir, chatouiller les plantes de pieds du colosse de la critique conventionnelle, institutionnelle. Ça vous dérange?… Moi, pas! »

- Catherine, du blog Une femme des vins, et que j’ai dû un peu contaminer de mes microbes, nous parle en toute franchise de ses découvertes et de ses déceptions du Grand Tasting : « Le week-end fut chargé, ça se bousculait sur Paris pour les amateurs de vins, et encore, je n’ai pas tout fait, mais j’ai eu l’impression d’un vrai tourbillon. »

- Le Doc, du blog Escapades, que je n’ai que brièvement croisé, et malgré un suicide de verre, nous fait partager quelques belle découvertes :  » Un salon avec, comme le dit Olif, son côté « culs serrés » palpable près des grosses étiquettes. En dehors de ces zones de boucliers fiscaux, c’est détendu et pas pompeux pour un rond. Personnellement, je resignerai volontiers pour un autre vendredi comme celui-là… »

- Patrick, monomaniaque alsacien, a réussi à arriver au Grand Tasting, après une très malheureuse déconvenue nabot-douanesque, et en rythme s’il-vous-plaît : « Le rythme, y a que cela de vrai, pour tenir les formes comme je sais si bien le faire et , surtout, si on veut « au moins » saluer tous ces vignerons qui nous rafraichissent le gosier de leurs nectars, l’année durant. »

- Miss Glouglou nous invite au Grand Tasting : « Et si vous faisiez une sortie sympa? Histoire de varier des samedis monotones à errer dans la Fnac, à emmener Clara et Théo au parc ou à boire de la bière devant un match de foot? » et filme Cendrillon, pardon Thierry Desseauve.

- Miss Vicky nous a préparé au Grand Tasting sa sélection de champagne pour jeudi prochain, et quelque chose me dit qu’il devrait y avoir jeudi de petits accessoires indispensables : « Un DropStop, pour les non habitués, c’est un bec verseur inventé par un danois  ( à défaut de faire du vin, on pourra les remercier de nous aider à ne pas en mettre à côté !) . » Et elle nous en a sélectionné un, qui devrait mettre l’eau à la bouche de quelques-uns…

- Pauline, du blog Eyes Wine Open, nous parle champagne et bulles du Grand Tasting.

- Enfin, moment gourmand avec Olif, et le restaurant Itinéraires, tenu par Sylvain Sendra : « Ne plus laisser le Temps au temps et ouvrir Itinéraires, rue Pontoise. Dans une optique plus « bistronomique », ou quand le bistro louche vers le gastro … », et avec sa sommelière, Caroline Loiseleux. « Dans la famille « Sommelière québecoise », la brune. Le même bagout qu’Aurélia, mais sans boire sur le web. Let’s go, girls! »

Merci à tous ces viniblogueurs, grâce à qui on peut vivre ces salons à distance, et partager découvertes, déceptions et coups de cœur. Et… à l’année prochaine ! (promis, je bouffe de oranges, des kiwis, tout ce que vous voulez pour avoir la patate et les faire tous cette fois-ci!)

Mots-clés :, , ,

Vous pouvez laisser un commentaire.

8 Commentaires pour l'article “Grand Tasting, Buvons Nature et Vignerons en Seine… ou pas.”

  1. Vicky Wine :

    Merci Miss Oenos, tu me mets un pti coup de pression pour jeudi là ;) – Pourvu que ça dépote !

  2. Catherine :

    Autant de blogueurs, autant de visions d’un même événement, avec chacune leur singularité et originalité, ton post en est la parfaite illustration ! L’an prochain, pas question d’être malade, tu n’auras aucune excuse… ;-) )

  3. Eva :

    @Vicky ça va grave dépoter! :)
    @Catherine Oui, promis l’année prochaine, j’y serais ! C’est vraiment sympa d’avoir pu lire vos comptes-rendus (et d’avoir un peu bavé d’envie même parfois…) :)

  4. Olivier B :

    Et bien merci, c’est trop !!!! Et aussi merci d’être venu, même malade le charme subsiste…..!!! Amidyvement tienne !!!!

  5. Eva :

    C’était un vrai bonheur de te voir là bas Olivier, vraiment, et coup de bol j’ai pu boire tes vins :)
    J’espère que tu as passé un bon tasting week end à Paris! Amidyvement vôtre…

  6. lilibox :

    et ma modeste pierre à cet édifice prestigieux…
    http://myfoodbox.blogspot.com/2010/12/agneau-confit-chateau-de-mentone-au.html

  7. Arrêt d’Olivier B. et autres considérations… | Oenos :

    [...] à la vigne de donner de superbes vins. Ah la Première, re-re-dégustée au Grand Tasting… Seul vigneron dont j’avais pu boire les vins ce jour-là. Je suis contente d’avoir pu le revoir ce jour-là. Et j’espère le revoir encore, ici [...]

  8. Olivier B., tous « Amidolivierb » ! | Oenos :

    [...] Le voir au Grand Tasting, lui avec ses chapeaux et sa musique, dans un décor tiré à quatre épingles et trop prétentieux, était un vrai plaisir. De la fraîcheur, de la sincérité, dans un salon dominé par les grandes maisons et les châteaux. [...]

Commenter