Maitresses de Chai et du Marché des Enfants Rouges

Posté par Eva ROBINEAU, le 17 mai 2011

Samedi et Dimanche, le Marché des Enfants Rouges accueillaient les Maîtresses de Chai. Les femmes seraient-elles en train de prendre le pouvoir dans le monde du vin? En tout cas, pour le moment, elles nous ravissent les papilles, et c’est déjà pas mal.

Dimanche donc, direction le Marché des Enfants Rouges, et tout là-bas au fond, des vigneronnes venues des quatre coins de la France pour nous faire déguster leurs vins. Une liste? Bien sûr !

- Elodie Balme – Côtes du Rhône
- Laurence Joly – La Roche Buissière – Côtes du Rhône
- Catherine Marin Pestel – La Treille Muscate – Corbières
- Anne de Chancel – Domaine de l’Ausseil – Côtes Catalanes
- Véronique Souloy – Domaine du Matin Calme – Côtes Catalanes
- Marie Thibault Cabrit – Touraine Azay le Rideau
- Tessa Laroche – Domaine aux Moines – Savennières
- Alice Bouvot – Domaine de l’Octavin – Jura
- Noëlla Morantin – Touraine

Voici donc quelques découvertes et quelques autres que je connaissais déjà :

Je suis fan de ses gamays, mais là, c’est l’occasion de goûter autre chose chez Noëlla Morantin: on fait d’abord un petit détour Chez Charles, Sauvignon 2009, miam, un nez de pommes, et une bouche très agréable, un vrai petit bonheur de fruits! Je rencontre ensuite Marie-Rose, Cabernet Sauvignon, 2010, un rosé léger, fruité, avec une légère sucrosité, parfait pour l’été ! Je finis sur Terre Blanche 2009, un pétillant avec de belles petites bulles, du fruit là aussi, agréable et à boire sur sa terrasse, entre copains, l’été. Noëlla Morantin fait avec son Chardonnay un cuvée tranquille, et cette cuvée, toute en bulles !

Le Matin calme, Véronique Souloy, domaine qui m’était complètement inconnu jusqu’à ce jour. Cuvée Mano à mano, du grenache qui provient de parcelles en altitude, et donne un vin avec une belle fraîcheur. Aucune lourdeur dans ce vin, du frais, et on est quand même dans le Roussillon. Je suis très agréablement surprise. La cuvée Bonica Marieta 2009 (« jolie coccinelle » en catalan), avec 70 % de carignan et 30 % grenache noir, provient de la parcelle la plus haute. Légèrement épicé, la matière est fluide, et fraîche. Et en 2007, le vin est encore plus structuré, toujours des épices. Puis, sa cuvée Sans temps, 2008, 100 % carignan, sur des vignes centenaires. Un vin plus « classique », avec plus de tannins, un vin de repas, moins surprenant que les deux premières cuvées, qui m’ont réellement séduite. Mais un vrai coup de cœur ce matin calme !

Je connais bien, mais c’est toujours un plaisir de goûter ses vins, Tessa Laroche, du Domaine aux Moines. On goûte tout d’abord le 2004, millésime très sec, très peu d’eau. Et côté vin, ça donne un vin très sec, droit et tendu, ça file droit. Tessa le conseille en ce moment à déguster avec des asperges. On passe sur le millésime 1994, une année très froide, avec un très faible rendement. Quelle couleur!

Un vin sec et tendu là aussi, mais alors on ne sait plus du tout où on est. Des arômes très particuliers, de vin un peu cuit, mais très légers. Superbe. Puis, on goûte le 2009, mise en bouteille depuis quelques jours. On change complètement ! On est sur du fruit un peu cuit, une belle acidité, avec un petit côté fumé agréable. Un régal ! L’occasion aussi de goûter l’Anjou-Villages 2009 du domaine, sans soufre, avec un élevage d’un an. Le nez est joli, fruité, mais la bouche décevante, la bouteille étant ouverte depuis un petit moment. Tessa m’avait prévenu mais j’ai quand même voulu goûter. Alors, promis, j’y regoûterais ! On finit sur la Cuvée des Nonnes 2007, le moelleux du domaine. Du botrytis, des arômes de fruits cuits sans trop de sucres, oui, oui, c’est bon ça !

Direction maintenant les Côtes du Rhône, et la jeune Elodie Balme. Ses parents étaient négociants, et elle a choisi de faire ses propres vins sur une parcelle de quelques hectares. Et elle a bien fait. (J’ai même lu qu’elle avait fait ses armes chez Richaud… On comprend mieux :) ) Sur ces 2010, mis en bouteille il y a quelques jours, il y a encore un peu de jeunesse, mais ils devraient bien évoluer. Son vin de Pays du Vaucluse 2010, carignan-grenache, nous envoie plein de fruits et une belle fraîcheur. De même pour son Côtes du Rhône 2010, qui est encore jeune, mais est déjà très prometteur, avec toujours une certaine fraîcheur. Ses parcelles sont sur le versant Nord de Rasteau. Son Côtes du Rhône en 2009 apporte une idée plus précise de ses vins : une belle matière, du fruit mais un très bel équilbre. Son Rasteau 2009 est lui beaucoup plus chaleureux et confit, mais reste très agréable à boire. Là aussi, une belle découverte, avec une préférence sur son Côtes du Rhône 2009.

Retour en Loire avec une vigneronne que je ne connaissais pas là non plus : Marie Thibault-Cabrit. Une belle rencontre là aussi, avec des vins gourmands et avec une femme très sympa et pleine d’entrain. Ses vins sont des vins de plaisir, et pour son premier millésime, elle semble plutôt bien partie ! Le Zézé, 100 % Grolleau est un vrai jus de fraises, du fruit gourmand sans trop de sucre, un vrai petit bonbon. Et la Roue qui tourne, un Pet de Nat de Chenin, me donne envie de m’asseoir en terrasse et de le siroter avec mes copines ! Du fruit, de la légèreté, c’est frais, c’est accessible, c’est bon tout simplement.

Et pour finir, petit aperçu en images des vigneronnes présentes (un intrus s’est caché dans les photos, sauras-tu le retrouver? ;) )

Mots-clés :, , ,

Vous pouvez laisser un commentaire.

3 Commentaires pour l'article “Maitresses de Chai et du Marché des Enfants Rouges”

  1. Eric Leblanc :

    Olivia Lamassone (Olivier Lemasson) des Vins Contés !

  2. olif :

    Ben alors, même pas un petit verre de Jura chez Alice, à L’Octavin? Too bad!

  3. Eva :

    @Eric : Gagné (en même temps, c’était facile :p)

    @Olif : Si, j’y ai goûté, mais les mots m’ont manqué pour les décrire. J’aimerais bien regoûter ces vins, dans un autre contexte, car ils m’ont interpellé.

Commenter