Olivier B., suite et pas fin…

Posté par Eva ROBINEAU, le 4 juillet 2011

Suite et pas fin, car que pouvait-on espérer de mieux que cette pas fin-là?

Six mois après l’annonce de l’arrêt de son activité, Olivier B. nous annonce sur son blog qu’il peut maintenant continuer. « Depuis 14h33, grâce à l’Amichoix 3, je suis chez moi, ou plutôt chez Mr CIC, j’en ai repris pour 20 ans, pour continuer à accompagner mes vignes à faire du raisin et à partager avec vous des Amidyves, et vous êtes ici aussi chez vous……….. !!!!!!!!!!!!!!!! A moi maintenant de faire ce qu’il faut pour que justement dans 20 ans, j’écrive ici, « j’ai été vigneron A Jamais pour Toujours………. !!!!! » Voila, GRAND MERCI, c’est grâce à vous tous, et si vous passez par là, vous êtes tous invités à boire un coup, pour en parler, pour l’arroser………… !!!!!

Image du Blog vigneronajt.centerblog.net
Source : vigneronajt.centerblog.net sur centerblog.

Alors voilà, on ne peut que se réjouir de cette issue, de cette pas fin.

En six mois il s’en est passé des choses. L’abattement et la tristesse du début, puis un élan de solidarité spontané et un peu inexpliqué qui a vu les commandes s’enchaîner, l’affaire se médiatiser et la situation s’améliorer. Olivier a organisé une bloglougloutournée pour rencontrer et remercier tous ceux qui l’avaient reçu. Certains sont même allés lui rendre visite et lui piquer son fameux chapeau. Et aujourd’hui, grâce à tous ces soutiens, Olivier peut continuer sereinement pour que les Amidyves continuent de nous régaler…

Alors, faut-il tirer un bilan de cette histoire? Faut-il en déduire un quelconque mécanisme de vinobuzz qui nous permettrait de filer un coup de main à tous les vignerons en difficulté? Non, je ne crois pas. Ce « buzz » a fonctionné car il était spontané, sincère et non prémédité. Personne n’a vraiment compris ce qu’il était en train d’arriver, ni ce à quoi nous étions en train de participer. Mais de là à en déduire que n’importe quel soulèvement de ce type puisse sauver n’importe quel vigneron, je n’y crois pas.

Alors que faire? Si d’autres Olivier B. décident d’arrêter, faut-il encore se soulever, en parler, tenter de faire le buzz? Pourquoi pas ! Mais à condition que cela reste toujours spontané, sincère et désintéressé.

Plus concrètement, je pense que nous (blogueurs, forumeurs, facebookeurs et autres amateurs de vin) devons continuer à parler encore et encore, avec sincérité et passion, des vins et vignerons que nous aimons. Des affaires comme celles d’Olivier B. font ressortir le fait qu’il ne faut jamais oublier que le vin est une histoire d’hommes (et de femmes!), que derrière un bon vin se cache toujours une histoire humaine. Et qu’il est important de le faire comprendre à tous.

Le buzz a permis de toucher une population plus large. Il faut continuer de démocratiser le vin. Le rendre accessible au plus grand nombre. Faire comprendre que le vin n’est pas un produit comme les autres, mais qu’il n’est pas inaccessible et élitiste. Pas besoin d’être un spécialiste pour dire si on prend du plaisir ou pas en goûtant tel ou tel vin, alors faisons profiter tout le monde de ces petites merveilles que nous avons la chance de découvrir et de goûter. Savoir qui est derrière ce vin est aussi une chance, alors profitons-en et crions-le ! Il y a de beaux vins, il y a des vignerons qui bossent bien, alors parlons-en, sincèrement, encore, encore et encore !

Alors voilà, la pas fin d’Olivier B. doit nous pousser à aller encore plus loin, à parler encore plus et encore plus fort des vins que nous aimons et des vignerons que nous apprécions, inciter le plus grand nombre à aller à la rencontre de ces vins, de ces hommes et de ces femmes. De la passion, du plaisir, pour simplement défendre le bon vin et ceux qui se cachent derrière. Et espérer qu’il n’y ait plus de « cas » Olivier B.

Mots-clés :

Vous pouvez laisser un commentaire.

Commenter