Un joli conte d’Oenoël…

Posté par Eva ROBINEAU, le 2 janvier 2012

Il était une fois, dans le fabuleux pays de Bloglouglouland

La fête d’Oenoël approchait à grands pas. Chaque année, la fête était joyeuse et tout le monde était content. Tous les habitants de Bloglouglouland commençaient donc à se préparer pour le passage du Père Oenoël.

Quand la nouvelle se répandit…

Le Père Oenoël avait disparu !

Les habitants de bloglouglouland se réunirent affolés sur la facebook-place du village. Mais où était donc passé le Père Oenoël? Que lui était-il arrivé?

Alors le sage du village prit la parole : « Le père Oenoël est bien vivant mes amis, mais il est coincé dans l’ancienne version de Facebook ! Il se trouve coincé dans une faille spatio-réso-rétro-temporelle dont il ne peut sortir ! »

« Mais, il doit bien y avoir un moyen de l’en sortir ! »

« Oui, il y a un bien un moyen. Mais il faudra être courageux… Il faudra à 31 personnes d’entre vous, et pas une de plus, trouver une bonne bouteille de vin et la boire en l’honneur de la divinité Glouglou qui elle seule peut venir à bout de la facebook malédiction. »

31 personnes, toutes plus courageuses les unes que les autres, se portèrent donc volontaires pour venir à bout de cette malédiction.

La première, un hélvète-belge-alsacien, pris son bâton de pèlerin jusqu’en Loire pour sabrer un pétillant naturel d’Agnès et René Mosse, « Moisson Rouge ». Tandis que la jeune Nina se dirigeait vers le Domaine de la Marfée pour verser dans un grand verre la cuvée Della Francesca 2007, Christophe escaladait le Château Peyrat-Fourthon 2008 pour honorer la divinité Glouglou.

Alors que le Vindicateur brandissait fièrement son arme, Perrières « Les Vieilles » 2008 de Guy Blanchard, il fut rejoint par deux valeureux croisés du bon vin, qui prièrent à coup de Chardonnay, « Les Pénitents » 2008 d’Alphonse Mellot.

Pendant que la douce Stéphanie faisait carême (comme Vincent Carême, avec le Peu Morier 2008, Vouvray demi-sec), le bicéphale lui, était devenu sage (si, si!) avec « La Sagesse », Côtes-du-Rhône, 2009, du domaine Gramenon. Certains, comme Eric, étaient plus besogneux et faisaient « Les vendanges des premières neiges » de la Maison Philippe VIALLET, en 2009, alors que d’autres, comme Antoine, préfèraient faire l’Amourvedre (Domaine des Terres Promises, 2010).

Les bouteilles s’ouvraient mais le Père d’Oenoël ne réapparaissait toujours pas…

Solène redoubla donc d’efforts et alla chercher La Petite Jeanne de la Roche Buissière, tandis qu’Isabelle révélait la beauté des Améthystes, le Morgon nouveau 2011 de Michel Guignier, que Charles nous emmenait vers les Arpents du Soleil avec une Cuvée Vert-Gris. Même les quilles les plus osées furent ouvertes, comme la cuvée X-Taste des Bret Brothers choisie par François et Aurélien !

Guillaume avait préféré quant à lui cultiver tranquillement son Jardin, ou plus exactement le Jardin d’Henri Milan. Hugues avait essayé de se rapprocher encore plus de la divinité avec la Cuvée Pollux 08 du Domaine Champ Divin (Côtes du Jura).

Les quilles ouvertes et bues en l’honneur de la divinité glouglou se multipliaient mais le sage prévenait que toutes les 31 quilles devaient bien être bues, et qu’il ne devait en manquer une seule !

Alors Véronique tenta de détendre un peu l’atmosphère avec une drôle de cuvée « Tu vin plus aux soirées » de Fabien Jouves et Luc en faisant un tour de magie, où le Venturi devint Marquis. Pour séduire la divinité Glouglou, Gildas alla jusqu’en Espagne nous dénicher un Campeche crianza. Le Doc, accessoirement traumatisé par Nounours, offrit à la divinité une Côte Roannaise du domaine des Pothiers qui ne font pas de poterie.

Puis vint le jour du vin du vingt d’Olif qui honora la divinité en n’oubliant pas l’Oublié de Jeff Coutelou. Bravant les sangliers et le froid, Iris s’attaqua au Bild de Gérard et Bruno Schueller tandis que Michel italianisa un peu toutes ces offrandes avec le Coldipietrerosse 2006.

De peu que les bouteilles ne manquent, Marilyn réinventa la tradition des 13 desserts en tradition des 13 bouteilles. Eva tenta de faire revenir le Père Oenoël avec une bouteille de Petraea de Francis Boulard pendant qu’Olivier était pris dans un tourbillon de « La Folie »de Sébastien Brunet en Vouvray demi-sec.

Mais toujours pas de trace du Père Oenoël… Hélène s’empara de la douceur de la cuvée « Les Rosiers », du Domaine de Bellivière à Jasnières, et Jean-Baptiste de l’Alsace Grand Cru Kaefferkopf l’Originel 2008, du domaine Audrey et Christian Binner. Marine poussa la porte du Menetou Salon d’Isabelle et Pierre Clément, du Domaine de Châtenoy, François prenant lui le parti de tirer la langue et d’aller voir Sylvie en Terre Inconnue.

Le sage annonça que la victoire était proche ! Sébastien choisit pour fêter ça de se mettre Le Rouge aux Lèvres de Toby Bainbridge. Et c’est lorsque Sylvain eu la bonne idée d’ouvrir un Dis vin Secret que la magie se produisit.

La dinivité Glouglou, devant tant de belles quilles ouvertes en son honneur, consentit à utiliser ses pouvoirs gloumagiques pour libérer le Père Oenoël de la faille spatio-réso-rétro-temporelle dans laquelle il était enfermé. Il pu ainsi activer son nouveau profil, ajouter une couverture et distribuer plein de pokes à tous les habitants de Bloglouglouland !

Les habitants quant à eux, avaient bien festoyé en l’honneur de la dinivité Glouglou. Ils promirent qu’à l’avenir, ils n’oublieraient pas de trinquer en son honneur ainsi qu’en l’honneur de tous ceux et celles qui aimaient festoyer et ouvrir de belles quilles pour les fêtes, ou simplement pour le plaisir.

Bloglouglouland retrouva sa quiétude habituelle.

Enfin, il fallait quand même préparer la réunion habituelle des habitants de Bloglouglouland du dernier vendredi du mois. Une réunion qui risquerait bien de les faire voyager un peu partout cette fois-ci…

Calendrier de l'Avin 2011

Un grand merci à tous d’avoir participé à ce Calendrier de l’Avin…

Et à l’année prochaine !

http://avin.oenos.net/content.php?id=18

Mots-clés :

Vous pouvez laisser un commentaire.

Commenter