Vendredis du Vin #42 : Prochaine étape, Arretxea.

Posté par Eva ROBINEAU, le 27 janvier 2012

Aujourd’hui, Guillaume a décidé de nous faire voyager un peu pour cette 42ème édition des Vendredis du Vin. Allez, prends ton baluchon et suis-nous !

Ahem, je ne pouvais pas ne pas passer à côté. Désolée. On a les références qu’on mérite (me suis toujours demandé comment ils tenaient ses cheveux…) (vous allez l’avoir en tête pour toute la journée, non, non, ne me remerciez pas).

Bref, parlons un peu voyage.

En septembre dernier, je me suis rendue dans le pays basque. J’adore cette région. Les paysages , la montagne, la mer… Et le vin. Et le cidre aussi, parce que depuis mon voyage, j’adore le cidre basque. Enfin, on dit « Boisson fermentée à base de pommes » et non pas cidre. Et rien à voir avec le cidre breton. C’est un vin de pommes à fermentation spontanée (tiens, ça me rappelle quelque chose…) et c’est vraiment bon, digeste, agréable, assez fort en goût. Tout au long du repas dans la cidrerie Ttipia, nous sommes allés nous servir directement à la barrique, et nous avons préféré la version brut pour accompagner et l’omelette à la morue, et le merlu à l’espagnol, et la côte de bœuf et le fromage du pays. Oui tout ça en un seul repas, avec des proportions très très généreuses (mais cette côte de bœuf didiou, à se damner!). Si vous voulez en savoir plus sur le cidre ba… enfin la « boisson fermentée à base de pommes », profitez des quelques précisions de notre ami Wikipédia sur le sujet.

Bref, je divague un peu mais j’y arrive, à mon vin de voyage. Enfin, c’est plutôt un souvenir qu’une bouteille dégustée là maintenant tout de suite, et vous allez comprendre pourquoi. Donc, juste avant de partir, lorsque je demande à mes gentils amis Facebook des conseils pour de bons domaines viticoles dans cette région, d’une seule et même voix, ils me répondent : Arretxea. Prononcez Arretchéa. Enfin si je ne me trompe pas. Nous appelons le domaine et prenons rendez-vous dans la semaine (rendez-vous obligatoires, et c’est bien normal!).

Pays basque - Vue du haut de la RhuneLà, c’est la vue du haut de la Rhune, petite montagne que l’on a grimpée et descendue sans l’aide du petit train

Nous voilà partis pour le petit village d’Irouléguy. Là-haut sur la montagne. Nous arrivons en même temps qu’un groupe de touristes américains. Admirablement bien reçus par Thérèse Riouspeyrous, la vigneronne, nous l’écoutons attentivement nous raconter l’histoire du domaine, des vins, des différents terroirs, de la difficulté de travailler dans un vignoble tel que le leur… Avec humilité et passion.

Mais alors pourquoi ce domaine pour un vendredi du vin consacré au voyage ?

Parce que leurs vins, leur blanc notamment, Hegoxuri (goûté sur le millésime 2004), est un vin comme je n’en ai bu nulle part ailleurs. Le vin a un fort caractère, affirmé, on sent la minéralité mais pas comme celle que je connais. Quelque chose de plus profond, de plus rugueux, de moins vif que ce que je connais, et encore, je suis sûre de ne pas utiliser les bons mots. Ça n’est pas une minéralité légère comme on peut en trouver dans la Loire par exemple, c’est plus lourd. Enfin c’est la minéralité qui est plus lourde, pas le vin, vous me suivez? C’est assez difficile à décrire en fait. Je dirais que c’est assez solaire aussi.

Ce blanc en 2004, était absolument bluffant, complètement déroutant. A tel point que j’ai du mal à trouver mes mots et à qualifier ce vin, pourtant exceptionnel. Rien à voir avec ce que l’on connait déjà. Notre palais est ailleurs. Whaaaaaa…

Dans ce vin, trois cépages, Gros Manseng, Petit Manseng et Petit Courbu. Le 2009 n’était pas encore mis en bouteille lors de notre passage, mais  de toute façon, Thérèse nous a dit préféré faire goûter des plus vieux millésimes car les vins restent un peu fermés dans leurs jeunes années. Et si c’est pour goûter à quelque chose d’aussi extraordinaire que le 2004, je veux être patiente et attendre un peu… Et peut-être y retourner et prendre davantage le temps de discuter (sans les touristes américains).

Promis, on reviendra.

Pour en savoir plus sur le domaine et les vins, Gildas a fait deux beaux comptes-rendus de ses visites au domaine que je vous encourage fortement à lire : 1ère visite et 2ème visite.

Domaine Arretxea
Thérèse et Michel Riouspeyrous
Route Jauberriborda
64220 Irouleguy
Tel : +33 5 59 37 33 67
Mail : arretxea@free.fr

NB gourmand : nous sommes allés dîner dans un restaurant que je vous recommande aussi très fortement, chez Mattin, à Ciboure. Si la décoration un peu désuette et l’âge quelque peu avancé de la plupart des clients peut rebuter dans un premier temps, restez-y. La cuisine y est divine, les proportions à la hauteur des prix, la carte des vins magnifique et vous passerez une soirée des plus délicieuses. J’en salive rien qu’en en parlant, ce Jambon de Bayonne d’Eric Ospital, ce ttoro (soupe de poissons avec du merlu, des langoustines et des moules), j’en rêve encore !


Mots-clés :,

Vous pouvez laisser un commentaire.

8 Commentaires pour l'article “Vendredis du Vin #42 : Prochaine étape, Arretxea.”

  1. Tiuscha :

    J’ai aussi failli m’arrêter au pays basque, chez un cidrier-vigneron. J’y retournerai vraiment en juin, avec cette adresse sous le bras !

  2. Eva ROBINEAU :

    Et encore, je pense que l’on n’a pas exploré le dixième des bonnes adresses sur place ! Oh mince, il va falloir y retourner, c’est dommage… ;-)

  3. Michel Smith :

    Je les connais : ce sont des bons ! Merci du voyage, Eva !

  4. Gérard G. :

    Et bien, MERCI, Eva ! Il est 10:00 du matin et j’ai d’un coup drôlement faim d’omelette à la morue, du merlu à l’espagnol et de tout le reste. Et aussi l’envie forte de déguster l’Hegoxuri ….. Merci pour ce voyage, j’veux faire ma valise maintenant ! :-)

  5. Cyril :

    Slt Eva
    Bien d’accord avec toi : quelle belle cuvée que cet Hexoguri, rencontré pour la 1ere fois en 2011, un des coups de coeur de l’année !

  6. Patrick Bottcher :

    Non tu ne te trompes pas…. (et la chevilette xea)

  7. Bernard :

    De magnifiques vins que je connais depuis longtemps.la cuvée Hégoxuri est pour moi un des grands blancs de France.

  8. Eva ROBINEAU :

    Bon, on fait un car jusqu’à Irouléguy c’est ça? :-)

Commenter