Le jour où j’ai mis du vin dans un mixeur…

Posté par Eva ROBINEAU, le 30 octobre 2012

J’ai cru être traumatisée à vie. Pour de vrai.

Au cours d’une discussion très sérieuse avec Dorian nous est venue l’idée de mixer du vin. Nous ne sommes pas complètement attardés non, mais nous avions tous les deux lu cet article dans lequel Nathan Myhrvold, « inventeur américain », prônait le fait de passer du vin dans un mixeur pour, dit-il, sublimer les arômes des vins les plus jeunes.

Non mais dans un mixeur quoi… Un mixeur quoi ! Comment a-t-il pu penser à mettre du vin dans un mixeur?

Bref, d’après lui, les résultats de ce qu’il appelle « hyperdécantation » sont positifs et à l’aveugle, un amateur ne saurait reconnaître la différence entre les deux méthodes. Entre son « hyperdécantation » et un carafage traditionnel. Sérieux?

Passons sur le fait que je pense que le terme « hyperaération » convienne plus que « hyperdécantation ». Le mixeur fait rentrer beaucoup d’air d’un coup, on est plus dans l’aération que dans la décantation. Bref, passons et testons.

Nous voici donc avec Dorian et Laurent (et Agathe notre super camerawoman) partis pour tester.

Mixer du vin

Un vin, dont je ne donnerais jamais le nom, a été le cobaye de ce test. Je l’ai déjà goûté avant, je sais qu’il lui faut le carafer un minimum pour qu’il soit bon. Mais à la base, il est bon.

La méthodologie a donc été la suivante :

  • Une bouteille, carafée de manière traditionnelle, environ 4 heures.
  • Une bouteille, répartie en trois échantillons : un tiers dans un blender, un tiers dans un pot pour mixeur plongeant, un tiers dans un mixeur avec batteur à blancs en neige. Le vin passé dans ces mixeurs a été goûté immédiatement après que la mousse ait été dissipée, comme indiqué dans l’article. Puis regoûté ensuite à l’aveugle.

Voici l’expérience en live :

Alors?

Alors sur un plan psychologique, c’est horrible. Non mais vraiment, c’est traumatisant. Verser du vin dans un mixeur, le voir se faire casser la gueule par les lames du mixeur, c’est à l’encontre de toutes les gestes que j’ai d’habitude de faire avec le vin. De tout le respect que je porte au vin. On ne peut pas respecter le vin et le mec ou la nana qui s’est cassé le c** à faire ce vin pour ensuite le massacrer au mixeur. Ce n’est pas possible. Je m’en doutais déjà, mais le faire, c’est pire, on cracherait à la gueule du vigneron ça serait pas pire ! Voir le vin tourner en furie dans un mixeur (et exploser ma cuisine de tâches de vin) c’est juste un cauchemar. Il est conseillé de le laisser 30 secondes dans le mixeur, mais c’est déjà trop long. Et servir du mixeur au verre, ça fait pas classe du tout.

Sur un plan gustatif, c’est au moins aussi affreux. On a cassé le vin. Il est mal le vin. Il n’est pas bon, il a un goût métallique horrible, bien que ce goût horrible varie selon le mixeur utilisé. Mais c’est pas bon. Aucun des trois mixages ne rend le vin meilleur. On peut en trouver un moins pire que les autres mais c’est quand même pas bon du tout. Et même goûté une journée après l’expérience, le vin est toujours dégueu. On l’a tué. On l’a cassé. Il n’a pas pu s’en remettre.

Alors que celui mis en carafe nous a régalé.

Alors monsieur l’inventeur américain, nous avons testé, nous avons goûté : un bon vin vaut le coup d’attendre quelques heures.

Définitivement.

Vous pouvez laisser un commentaire.

2 Commentaires pour l'article “Le jour où j’ai mis du vin dans un mixeur…”

  1. olif :

    Non, mais, franchement, pourquoi est-ce que tu nous racontes ça?

  2. A t-on le droit de jeter le vin par les fenêtres ? Courtney Cox et les comédiens de Cougar Town s’aspergent de vin — Bourgogne Live | Site d'information sur le vin, l'œnotourisme et l'art de vivre en Bourgogne :

    [...] réactions sont souvent fortes quand on porte atteinte au vin. La blogueuse Eva Robineau en a fait aussi l’expérience il y a peu de temps. Bien qu’elle ait prouvé depuis [...]

Commenter