Philippe Conticini, Pâtisserie des Rêves, de mes rêves

Posté par Eva ROBINEAU, le 16 octobre 2012

Je vous avais déjà montré un petit aperçu de ce que serait la rentrée à la Pâtisserie des Rêves. Et maintenant, mes favoris, que vous pourrez bientôt goûter. Pour de vrai.

Difficile de choisir parmi toutes ces merveilles. Mais pourtant, certaines de ces créations vous emportent loin. En enfance. Dans des souvenirs gustatifs enfouis très loin. Pourtant, les souvenirs sucrés ne sont pas les plus nombreux chez moi, étant très bec salé. Mais les créations de Philippe Conticini m’ont séduite, m’ont fait découvrir ce qu’était la vraie pâtisserie, celle où la précision est le maître-mot, où les saveurs des ingrédients sont sublimées et non gâchées par un excès de sucre, celle où je ne suis jamais écoeurée, celle qui me fait saliver alors que les vitrines des autres pâtisseries me laissent de marbre.

Au delà de son très réussi Paris-Brest, de sa très fondante Tarte Tatin, de sa gourmande tarte au citron (et j’en passe… plein) grands classiques gourmands et indémodables de la Pâtisserie des Rêves, j’ai eu la chance de goûter les nouveautés de rentrée, que vous pourrez maintenant déguster. De vraies petites merveilles, made in Conticini. J’aime dans son travail la précision, le mélange des textures et des saveurs, le juste équilibre des goûts, l’émotion que ses pâtisseries déclenchent en nous. On redevient des gosses, on s’extasie, on se laisse surprendre et on se régale.

Dans mon top 3, du praliné. Beaucoup. J’aime de façon démesurée le praliné tel qu’il est réalisé par Philippe Conticini.

Langues de chat Noisette Fleur de Sel - Philippe Conticini, La Pâtisserie des Rêves

Langues de chat noisettes fleur de sel

La petite merveille dont il faudrait toujours avoir une petite boite près de soi. Pour les moments difficiles, pour remonter un moral en berne, un petit plaisir simple et tout doux. Je pense que c’est la pâtisserie qui me rapproche le plus de mon enfance et des souvenirs gourmands de cette époque.

Deux langues de chat parsemées d’éclat de noisettes, unies par une  couche de praliné. Et avec de la fleur de sel, pour un pâtissier qui met un point d’honneur à utiliser la fleur de sel et non pas le sel tout court. Je mettrais de la fleur de sel partout si je pouvais tellement j’aime ça. Ouais, bon, en fait, c’est déjà le cas. Peut être pour ça aussi que j’aime tellement ce biscuit. Un mélange de plein de choses que j’aime, le tout savamment dosé et équilibré. Le biscuit est croquant et parfait, le praliné est, comme toujours ici, à tomber, les petits éclats de noisette viennent ajouter une touche de croquant supplémentaire à ce merveilleux retour en enfance.

Je pense que vous avez un peu faim en me lisant, mais sachez que je suis aussi en train de baver sur mon clavier tellement j’ai l’eau à la bouche en repensant à tout ça.

Grand Cru Praliné - Philippe Conticini, La Pâtisserie des Rêves

Grand Cru Praliné

Pas vraiment une grande fan de gâteaux au chocolat (ah si, ça existe!), je ne pourrais vous faire la comparaison entre le Grand Cru Chocolat et celui au Praliné. Mise à part le fait que je suis super contente qu’il l’ait décliné en praliné.

À vrai dire, à voir le nappage sur le gâteau, j’ai eu peur dix secondes que ce soit écœurant. C’était sans compter sur le magie conticinienne. En bouche, c’est énoooooorme ! Toutes les textures se mélangent, du fondant, du craquant, du moelleux, les différentes couches nous en font voir de toutes les couleurs. Non mais regardez sur l’image déjà, ça donne sacrément envie. On lâche quelques gros mots tellement c’est bon.

Mais comment il fait ça (se demande-t-on entre deux bouchées)? Mais comment est-ce possible que moi, qui déteste les gâteaux et trouve toujours quelqu’un à ma table pour finir ma part sous peine d’écoeurement et d’indigestion, je sois en train de m’enfiler sans m’en rendre compte une part toute entière d’un gâteau comme celui-là? Je suis sidérée.

Et attendez, je n’ai pas fini.

Gâteau Café Doux - Philippe Conticini, La Pâtisserie des Rêves

Gâteau au café doux

Forte de tous mes préjugés sucrés (mais pas que), à l’évocation du nom « Gâteau au café doux », je me dis « ro non j’aime pas le café dans les desserts, je ne vais pas aimer ». Je goûte donc en me disant qu’il ne faut pas mourir idiote et que je serais bien bête de ne pas goûter à ce gâteau parce que la fin du monde, il paraît que ça approche. Un peu comme certains vins, pour lesquels on laisse nos préjugés nous guider par le bout du nez.

Et pour lesquels on se prend une jolie claque. Et là, pareil. Bim, la claque. Je n’en reviens pas. Je suis en train de manger un gâteau (donc un exploit en soi, déjà, comme expliqué plus haut), et qui plus est, un gâteau au café. Oui il y a du café, oui on sent le café, mais la saveur est si fine, si élégante, si discrète et en même temps présente sur la longueur, que je suis convaincue dès la première bouchée. Je repose donc la question : comment fait-il? Comment est-ce possible de sublimer autant les ingrédients utilisés tout en restant dans un équilibre parfait et une gourmandise si assumée?

Ce type est un artiste-magicien je pense. Philippe Conticini nous a expliqué l’avoir pensé pour sa fille qui ne boit pas de café. Et il n’y a pas que sa fille qu’il a réussi à convaincre. Ce gâteau m’a fait revoir mes préjugés sur l’usages du café en pâtisserie. Je ne dis pas que dès demain je m’enfilerais un éclair au café d’une seule bouchée mais ce Gâteau au Café Doux m’aura ouvert de nouvelles portes.

Bon alors tout ça là, c’est bientôt dispo en boutique (oh non, je vais devoir y retourner…. :D ), les langues de chat sont normalement disponibles à partir de cette semaine et pour le Grand Cru Praliné et le Gâteau au Café Doux, ces derniers vous régaleront à partir de fin octobre. Et en les attendant, vous pourrez encore déguster le Kyoto-Brest, version remasterisée de son célèbre Paris-Brest. La mousse légèrement verte au thé matcha renferme cette fois-ci une petite surprise très japonisante.

Kyoto-Brest - Philippe Conticini, La Pâtisserie des Rêves

Bref, après ce long exposé, je pense que vous (avez faim, déjà, et) aurez compris que je suis complètement et déraisonnablement fan de Philippe Conticini et de ses créations. Déraisonnablement parce que sa pâtisserie fait appel à nos émotions, à nos souvenirs, à notre gourmandise, et à aucun moment, à la raison. On a beau essayer de se poser la question de savoir comment il fait pour réaliser de telles merveilles, c’est finalement la gourmandise et le fait de se régaler-point-à-la-ligne qui l’emporte. Sur tout ce que j’ai connu et goûté en sucré.  Je ne peux qu’admirer la précision de son travail et l’émotion qui transparaît dans toutes ses gourmandises. Et quand je lui demande de quoi il s’inspire, comment il fait pour nous faire kiffer comme ça quoi (grosso modo), il répond simplement qu’il essaie de retranscrire des goûts qu’il aime, de retrouver la même émotion qu’il a eu en goûtant certaines choses.

Et ça tombe bien, parce que l’émotion, on l’a aussi. Merci Monsieur Conticini.

Crédit photo : La Pâtisserie des Rêves (merci à Camille de me les avoir gentillement envoyées :) )

La Pâtisserie des Rêves
11 rue de Longchamp
75016 PARIS
ou
93 rue du Bac
75007 PARIS
http://lapatisseriedesreves.com/

La Pâtisserie des Rêves sur Facebook et la page officielle de Philippe Conticini

Mots-clés :,

Vous pouvez laisser un commentaire.

1 Commentaire pour l'article “Philippe Conticini, Pâtisserie des Rêves, de mes rêves”

  1. Laure :

    Il sort un bouquin dans quelques jours sur ses meilleures recettes… Pour tous les gourmands à ne pas louper ces délices en barre ! Eva, tu fais saliver..

Commenter