Bien boire et bien manger à Paris : 6 Paul Bert

Posté par Eva ROBINEAU, le 30 janvier 2013

On me demande souvent des bonnes adresses pour bien manger et bien boire à Paris. En voici donc quelques unes.

Comme je ne suis pas critique gastronomique, je ne vous en ferai pas des tartines mais je vais quand même vous filer quelques bonnes adresses. En commençant cette série par une presque toute nouvelle adresse, le 6 Paul Bert.

6 Paul Bert OENOS

Ils ont dû piquer ce mobile au dessus de mon berceau

6 Paul Bert, 6 rue Paul Bert, 75011 Paris

Ouvert il y a peu, cette nouvelle adresse made in Paul Bert (Bistrot Paul Bert et l’Ecailler du Bistrot, dans la même rue)(dont la petite histoire très intéressante à lire ici) est une véritable réussite. Ceux qui reculaient devant le côté collé-serré du bistrot Paul Bert seront ravis ici, il y a de l’espace, on respire. Décoré avec beaucoup de goût, l’endroit est chaleureux et annonce une bonne soirée avec un groupe de bonnes copines.

6 Paul Bert OENOS

Formi, Formi, FormiFormicaaaaa

6 Paul Bert OENOS

Cuisine ouverte dans le fond du restaurant

Niveau vins, fidélité à la réputation du Paul Bert, la carte est pleine de beaux canons de vins vivants, avec des noms qui donnent soif. Et si vous êtes perdus, Solenne la sommelière saura vous aiguiller pour déguster de jolis jus. Nous, on fait soirée l’Anglore, du coup. L’Anglore, j’adore. Du coup là, oulala la régalade :

L'Anglore Terre d'Ombre OENOS

Terre d’Ombre, 2011, pour se mettre en bouche, du fruit léger, de l’acidité, on a beau être dans le Sud, on en garde pas moins beaucoup de fraîcheur.

L'Anglore aux Foulards Rouges OENOS

L’Anglore aux Foulards Rouges, 2010, en magnum, réalisé avec avec Jean-François Nicq du domaine des Foulards Rouges. Le magnum n’est pas assez grand. C’est bon, mais c’est bon ! Torchabilité extrême. (la photo rebelle qui veut pas s’aligner…)

L'Anglore, Chemin de la Brune OENOS

Chemin de la brune, 2010 en bulles, parce que les bulles sont fines, agréablement fruitées, qu’on se demande ce qu’attendent le soleil, la mer et la plage pour venir.

L'Anglore Tavel OENOS2

L'Anglore Tavel OENOS

THE Tavel, 2011. Sa couleur est unique, le vin l’est aussi. Etglouetglouetglou…. Et c’est un rosé. Si.

 

Côté cuisine, on est sur une cuisine qui s’éloigne du Paul Bert premier du nom. Plus raffinée, plus légère, mais tellement savoureuse et équilibrée. Bravo au chef Louis Philippe Riel. On commence par grignoter un peu : mention spéciale pour le jambon blanc, coupé finement, avec le bon goût du vrai jambon blanc. A manger avec les doigts ! Si, c’est poli !

6 Paul Bert OENOS

Une formule à 38€ le soir vous permet de goûter 3 plats et 1 dessert. Pour ma part, je n’ai pris qu’un plat (et du jambon, et du fromage aussi oui) mais le filet de bar était vraiment divin, fondant à souhait, avec un assaisonnement tout à fait convenable. Les autres convives étaient toutes aussi contentes de leur plat. Et puis un cuistot assez couillu pour mettre du topinambour dans un dessert glacé (avec un parfait au yaourt et des graines de fruits de la passion), c’est fort, c’est audacieux et encore plus quand le tout fonctionne très bien.

6 Paul Bert OENOS

J’y retournerai pour la formule, c’est sûr. Avec des bons copains aussi, c’est sûr. Et pour les canons aussi, mais ça, c’était plus que sûr.

 

6 Paul Bert,
6 rue Paul Bert, Paris
01 43 79 14 32

Le soir : entre 10/14 € par plat, formule 38 €.
Plus de détails sur le site du Fooding.

 

Mots-clés :, ,

Vous pouvez laisser un commentaire.

1 Commentaire pour l'article “Bien boire et bien manger à Paris : 6 Paul Bert”

  1. Sybille :

    Je ne mets jamais de commentaire sur les blogs… Mais là je me dois de réagir car l’adresse est TOP ! C’est testé et approuvé !
    Idem pour le vin, la cuisine (mention toute spéciale à l’assiette de jambon) et la bonne humeur.

Commenter