I love burgers, ter (Barbershop + Morgon de Lapierre)

Posté par Eva ROBINEAU, le 16 septembre 2013

Jamais deux sans trois non? Bon cette fois-ci, ce ne sont pas des burgers maison qui vous mettront l’eau à la bouche mais ceux, très très bons, du Barbershop, à Paris.

Samedi, 22h30, Paris. Le Zwanze Day, jour dédié à une bière unique de la brasserie Cantillon, bat son plein à la Fine Mousse depuis 21h, heure officielle de percée des tonneaux de Zwanze (seuls deux bars en France ont accueilli un tonneau de Zwanze). Dans cet excellent bar à bières, les serveurs en t-shirts Cantillon Zwanze Day 2013 s’agitent pour régaler tous les assoiffés fans de cette si particulière bière.

zwanze 2013, Cantillon

Une Rosé de Gambrinus et une Zwanze 2013 plus tard, la faim nous tiraille. Et on pense : « burgeeeeers ». Etant issue de la race des ventresàpattes, je veux manger tout de suite maintenant. Jaifaimjaifaimjaifaimjaifaim. Deux options s’offrent à nous :

- Option 1 : se rendre à Pigalle, au récemment ouvert Dépanneur, restaurant fixe de la très mobile Cantine California. De source très très sûre, les burgers y sont divins. Publiée sur le Fooding quelques jours, l’adresse risque fort d’être blindée. Un rapide coup de fil nous confirme un temps d’attente inestimable, la foule ne cessant d’arriver et de se masser au bar pour attendre les fameux burgers… Paris, je t’aime. #LOL

- Option 2 : se rendre, à une rue de la Fine Mousse, au Barbershop, adresse également réputée pour son burger. Une vingtaine de minutes d’attente au bar (oui, quand même, faut pas déconner, 22h30 un samedi soir à Paris) nous permettent de saliver devant les assiettes de burgers-frites maison qui défilent devant nos yeux. Déco très sympa, service charmant, on se sent bien dans ce lieu, où la barbe et la chemise à carreaux, voire en jeans, semblent être obligatoires. Pour le look, on repassera. Pour les burgers, on repassera aussi, mais pour se régaler une seconde fois.

Bref, on ne manque pas à Paris de bonnes adresses pour déguster des burgers bons et bien faits. Le Barbershop en fait partie, les burgers y sont vraiment succulents. Déjà, le burger est assez conséquent au niveau taille et l’assiette déborde de frites maison. Pour 14 €, on n’est pas volé. Le moindre burger insipide et ses frites à moitié décongelées valent autant, voire plus, dans les mauvaises brasseries de Paris.

Ensuite, le pain est aéré, moelleux, savoureux, la viande est cuite en respectant nos souhaits, le fromage coule parfaitement, l’assaisonnement est réussi. Ohlalala que c’est bon, qu’il était bon ce burger. « J’ai kiffé ». Et encore, sur la photo, on ne se rend pas bien compte de la taille du burger et du nombre de frites présentes sur l’assiette…

Cheeseburger - Barbershop, Paris - OENOS

Sur la carte des vins, des noms inconnus. A part M. Lapierre et son Morgon 2012. Souvenir de l‘accord burger-Morgon avec celui des Perraud… Allez, go pour le Morgon !

Morgon - M Lapierre - OENOS

Une valeur sûre, pas déçue par le Morgon, très souple, fruité mais, bien que les producteurs et les millésimes soient différents, j’ai une nette préférence pour le Morgon 2011 des Perraud, pour son supplément de matière et de gourmandise…

C’est toujours difficile de trouver les meilleurs accords mets-vins, en tout cas, ceux qui nous plaisent. Mais en ce jour si particulier, j’avoue que j’aurais bien associé la puissance et le fumé-malté de la Zwanze 2013 avec ce délicieux cheeseburger du Barbershop. Donc l’année prochaine, je fais un sitting entre le Barbershop et la Fine Mousse.

Et promis, plus d’articles sur les burgers.

Enfin. Pour le moment :P

Mots-clés :, , , , ,

Vous pouvez laisser un commentaire.

Commenter