Son nom, il le signe à la pointe de son épée, d’un Z qui veut dire Zotzenberg!

Posté par Eva ROBINEAU, le 25 septembre 2013

Je n’en finis pas d’être épatée par le Sylvaner. Mais pas n’importe lequel : là, c’est le Sylvaner selon Jean-Pierre Riestch.

 Sylvaner Grand Cru Zotzenberg 2010 - Domaine Rietsch - OENOS

Oui encore un vin de ce génial vigneron. Mais quand c’est bon, pourquoi s’en priver ?

Le Sylvaner, comme je l’ai déjà expliqué il y a quelques temps, est vraiment un cépage synonyme de mauvais souvenirs – isssssch, c’est aciiiiiide. L’acidité. Il faudra que j’en reparle du concept d’acidité. Dernièrement, j’ai essayé d’expliquer avec mes mots que je n’aimais pas tel vin parce qu’il était trop acide. « Donc vous n’aimez pas l’acidité ». Si, si, je vous jure, c’est ce que je recherche d’ailleurs. Mais pas comme ça. « Non, mais là, il y a de l’acidité, vous devriez aimer ». Non, non, là c’est acide pas bon, ce que je veux, c’est une acidité qui tienne le vin, qui l’accompagne dans la bouche, qui fasse schtak mais qui ne me brûle pas l’œsophage tout entier. Comme le vin-là, là je la sens surtout dans mon œsophage l’acidité.

Incompréhension. Donc on en reparlera.

Ici l’acidité de ce vin me séduit. On est donc en Alsace, sur le Grand Cru Zotzenberg. Ce Grand Cru – dont le nom n’a pas été inventé par les Igor et Grichka Bogdanoff – est situé près de Mittelbergheim, non loin d’Obernai. Pour tout savoir de ce Grand Cru, allez donc jeter un coup d’œil par ici. Il faut simplement savoir que, oui, un Sylvaner peut être en Grand Cru, et que l’implantation du Sylvaner sur ce Grand Cru est historique. Et que le Sylvaner est en parfaite adéquation avec ce terroir.

Sylvaner Grand Cru Zotzenberg 2010 - Domaine Rietsch - OENOS

En vrai, ça donne quoi?

Un grand vin. Un Sylvaner, grand vin, oui. L’élevage 31 mois en cuve y est sans doute pour quelque chose… (fiche technique complète ici) Le nez est très frais – bon ça, sur un Sylvaner, on s’en serait douté -, agrumé – agrumé plutôt côté citron et pamplemousse, pas trop orange, pas agrumé-sucré quoi. On a aussi ce que l’on pourrait qualifier de minéralité, avec des notes légèrement fumées au fur et à mesure que le vin s’ouvre. Mais ce sont des notes très fines.

La matière légère du Sylvaner n’est ici point trop fluide, un léger gras sur le vin lui donne consistance et constance. C’est beau en bouche, on retrouve l’agrume citron-pamplemousse-pasorange du nez, c’est un vrai plaisir. Et cette acidité. Voilà, c’est comme ça que je l’aime l’acidité. Vive, tranchante, portant le vin en bouche, lui donnant de la longueur et de la constance. Le vin est beau, le vin est bon. Le vin dont tu te souviens.

Et puis, toujours chez Riestch, des étiquettes élégantes et modernes. D’un Z qui veut dire Zotzenberg. Comme un coup d’épée, schtak, schatk, schatk, et bim le vin ! Une grande leçon, merci, justicier du Sylvaner !

Sylvaner Grand Cru Zotzenberg 2010 - Domaine Rietsch - OENOS

Zorro, ce hispter avant l’heure…

 

Mots-clés :, , ,

Vous pouvez laisser un commentaire.

Commenter