Calendrier de l’Avin 2015 : 19

Posté par Eva ROBINEAU, le 19 décembre 2015

IMG_0137

OMBRE EST LUMIERE

Parce que je suis vigneron dans cette région, et, après accord d’Eva, puisque ce n’est pas du (A)Vin, je vais vous parler du Cognac. Vous savez cette eau-de-vie de vin exportée à 99% faite après une double distillation dans les Charentes.

Je vous dis ça parce que trop souvent abandonnée alors que :

Le Cognac c’est avant tout un digestif, mais pas que ! Un moment de partage, un plaisir à assembler, à laisser dormir en fût, une palette aromatique inimaginable. Un bonheur de faire ça tous les jours.

Le Cognac en question ce n’est pas n’importe lequel, c’est Château de Chanteloup de Martell.

Je ne vous dis pas n’importe lequel, parce qu’il n’est pas à vendre, mais évidemment j’ai la chance d’en avoir une dans ma cognathèque (mais pas touche c’est collector). Il n’est pas à vendre parce qu’il est exclusivement réservé aux meilleures clients Martell, qui ont eu l’occasion de dormir au Château de Chanteloup (« petit » domaine de Martell où nous avons célébré les 300 ans de la maison cette année, lors d’une « petite » soirée à 3 000 personnes).

Bref, Château de Chanteloup, j’ai eu l’occasion de le déguster lors d’une fin de soirée du festival Cognac Blues Passions.

Christian, un des maîtres assembleurs de la Maison Martell, me fit cette offrande. Et c’est donc chez lui, lors d’une belle nuit d’été, au bord de sa piscine, que je me retrouve, un verre de Cognac à la main.

Je plonge mon nez au-dessus du verre, et là ! Bim, Bam, Boum, je n’entends plus rien. La signature même de la maison : Finesse & Elégance. Je me crois dans un rêve, une telle complexité est irréelle.

Tout d’abord de la violette, du lilas, jasmin, chèvrefeuille, de la fleur d’acacia, rose…. J’en tremble encore.

Devant un tel parfum, je ne résiste pas, et là, je sens le côté obscur de la force.

La poire, les pétales de roses, le foin… je plonge dans un lit de soie, je rêve ? Non c’est bien la réalité.

4cl de bonheur pour une heure de plaisir, de jouissance.

« Parfois on trouve un vieux flacon qui se souvient,

D’où jaillit toute vive une âme qui revient.

Voilà le souvenir enivrant qui voltige

Dans l’air troublé ; les yeux se ferment ; le Vertige » – Baudelaire

11084284_983063188393727_8950129889719084144_n

Thomas Quintard

 

 

Mots-clés :

Vous pouvez laisser un commentaire.

Commenter