Calendrier de l’Avin 2016 – Jour 24

Posté par Eva ROBINEAU, le 24 décembre 2016

Dernier jour du Calendrier de l’Avin. Conclusion de cette édition 2016 du Calendrier de l’Avin (merci merci MERCI à tous les participants). Conclusion de cette année. Ma conclusion. 

Les Rachais Francis et Delphine Boulard

Salut 2016.

Si, si, je t’en prie, assieds-toi. Mais non, je ne te déteste pas. Mais non. Allez, assieds-toi.

Oui, tu as raison, je pense t’avoir qualifiée d’ « année de merde » quelques fois. Non mais comprends-moi, comprends-nous, on sortait de 2015 en se disant « allez, ça va aller mieux cette année », encore traumatisés mais avec malgré tout une pointe d’espoir.

Oui je sais bien que tu n’y es pour rien. Ce sont les hommes et leur folie qui sont à l’origine de tous ces tourments. De toutes ces horreurs. De cette cruelle perte d’humanité. De ce manque de compassion face à ces gens qui meurent sous les bombes, sous les roues des camion, noyés dans la mer. Pas capables de se mettre ne serait-ce que 2 secondes à la place de ces pauvres gens.

Oui j’ai hurlé et pleuré en même temps très souvent, j’en voulais au monde entier d’être aussi con et aussi égoïste. Mais bordel que leur faut-il pour réagir ? C’est un mélange de peur, de colère et de tristesse. Tu comprends que j’ai peur ? Tu comprends que je sois vraiment très en colère ? Tu comprends ?

Non, non, je te jure, je ne te veux pas. Oui, même si tu m’as amené un bon lot d’épreuves personnelles, je ne t’en veux pas. Tu m’as amené aussi des débuts de solution. Tu sais au final, tu m’as appris pas mal de choses. Si, si, sur moi-même, sur les autres, sur mon rapport au monde, sur les actions à mener pour que mon battement d’aile de colibri ait un petit impact. L’action, après l’émotion.

Oui, l’action, c’est bien. Du coup, j’agis comme je peux.

Ok, je continuerai.

Par contre, tu sais qu’on aura quand même tendance à se souvenir de toi comme un millésime difficile ? Quand même, la météo n’a pas été tendre (doux euphémisme) avec les vignerons de pas mal de régions. Ah bah si quand même, ta copine 2017 va devoir être plus clémente avec mes copains vignerons, sinon, j’ai peur que certains ne mettent vraiment la clé sous la porte.

Alors on trinque quand même ? Tiens, eux, la famille Boulard, tu ne leur as rien épargné non plus. Un petit incendie pour finir l’année, franchement, ils n’avaient pas besoin de ça cette année. Mais la solidarité, l’humanité, qui les a entourés, ça redonne espoir. Ça redonne confiance.

Oui, tu as raison, il y a encore des raisons de rester debout. Et d’avancer.

Allez, à la tienne 2016.

Eva

Vous pouvez laisser un commentaire.

Commenter