Suite des dégustations des REVEVIN. Pour continuer dans le #Loirepower, après Antoine Sanzay, on goûte les vins de Christophe Daviau.

Rock’n'Roll pour ce Vendredi du Vin #31, avec Rocca Nigra !

Aujourd’hui, nous nous rendons au domaine de Bablut, situé à Brissac-Quincé, à une quinzaine de kilomètres au sud d’Angers, dans le Maine-et-Loire (49). Nous y rencontrons le maître des lieux, Christophe Daviau, pour un échange captivant, entre histoire et modernité, entre humour et coups de gueule, d’un vrai passionné du vin.

« La question c’est : que vient faire une molécule de synthèse dans le vin que je vais tendre à des gens pour qu’ils se régalent. C’est moi qui l’ai fait, c’est un peu mon bébé, comment je peux vivre avec le fait qu’il peut être cancérigène pour ces gens là ! »

« Ce que je n’aime pas, dans les vins de Loire comme ailleurs, c’est quand il n’y a pas de concordance entre le cépage et le terroir. Je n’aime pas le Merlot dans le Sud, le Sauvignon blanc d’Espagne, par contre la Grenache dans le Sud, j’adore ça, pareil pour la Syrah en Côtes du Rhône. Et les vins de Loire, si on parle des avantages par rapport aux autres régions, je pense que c’est une région sincère. »